En ce jour un peu frisquet d’avril et suite à notre trop long hivernage, j’ai le goût, de vous parler de LA VIE! La vie, pour qui savait la déceler, elle était là cependant dans les frêles bourgeons attendant patiemment un peu de chaleur pour s’épanouir; dans les courses de mon ami l’écureuil frondeur sur les fils électriques de ma rue; dans les jeux et rires des enfants rencontrés dans mes allées et venues et dans le regard attendri de leurs parents et grand parents. La vie elle éclatait hier dans l’enthousiasme des amateurs des Canadiens confiants de la victoire de leur équipe favorite et dans l’attitude des passants revigorés par les rayons du soleil. Oui, j’ai le goût de célébrer la vie plus forte que tout malgré les apparences.
Et puis il m’est revenu à la mémoire des fragments la très belle « Hymne au Printemps » de notre immortel Félix Leclerc. Il y parle il est vrai du mois de mai mais son merveilleux texte s’applique aussi à notre timide printemps d’avril :

Quand mon amie viendra par la rivière
Au mois de mai, après le dur hiver
Je sortirai, bras nus, dans la lumière
Et lui dirai le salut de la terre...

Vois, les fleurs ont recommencé
Dans l'étable crient les nouveau-nés
Viens voir la vieille barrière rouillée
Endimanchée de toiles d'araignée

Les bourgeons sortent de la mort
Papillons ont des manteaux d'or
Près du ruisseau sont alignées les fées
Et les crapauds chantent la liberté
Et les crapauds chantent la liberté...


LA VIE ! Il n’est qu’à visionner ce magnifique film documentaire intitulé
« MICROCOSMOS - Le Peuple de l’herbe » pour réaliser combien elle foisonne, même en pleine ville, là sous nos pieds quand l’asphalte lui cède la place. La Vie sachons la savourer avec un cœur d’enfant qui s’émerveille d’une coccinelle ou d’un pissenlit, cette fleur mal-aimée qui me touche par sa résilience. À VOUS LA PAROLE !