Tout est appelé à naître sans fin … N’est-ce pas ce que la nature même nous dit ? Les quatre saisons au Canada le proclament bien fort. C’est le cycle de la renaissance continue.

Pourtant n’y a-t-il pas un monologue qui nous habite assez facilement : «Que tout soit parfait dans ma vie. Que rien ne cloche, rien ne dépasse, que rien ne nuise à la réalisation d’un projet, d’une ambition, d’un rêve, de mes relations… de tout ce qui touche à ma vie quoi !»

Nous sommes assez souvent rempli-e-s d’une impatience qui, au lieu de nous appeler en avant, semble plutôt nous fixer dans ce moment névralgique qui nous ébranle … Pourquoi l’obstacle nous ébranle-t-il ? Parce qu’il nous paraît contradictoire avec notre désir de bonheur, de réalisation … Désir que nous souhaitons se réaliser pleinement et tout de suite.
Cela est très humain semble-t-il !

La psychologie contemporaine insiste beaucoup sur le «LÂCHER PRISE» dans de telles situations. N’y aurait-il pas là une vraie sagesse ? En effet, avec du recul, nous devons constater que, souvent, nous avons bloqué la vie avec nos impatiences. Impatiences qui nous ont conduits à nous «accrocher» obstinément et, bien plus, à poser des gestes contradictoires avec nos désirs profonds.

Le présent billet ouvre sur une réflexion au sujet du LÂCHER PRISE au quotidien mais aussi dans certains tournants de la vie. Invitation nous est faite de nous enrichir mutuellement sur cette question vitale … !