L’attente, sous ses formes diverses, fait partie intégrante de notre vie : attente joyeuse de la venue d’une personne aimée, attente fébrile d’une fête, attente anxieuse du résultat d’un examen de santé… Mais aujourd’hui, en cette période merveilleuse où l’on espère un nouveau-né qui changera la face du monde, je vous partage une expérience qui m’a profondément marquée.
Plusieurs d’entre nous se sont sans doute interrogés sur les sentiments qui animaient nos mères lorsqu’elles nous portaient. Eh! bien, j’ai eu cette chance incroyable de le savoir à travers la correspondance échangée entre ma mère et mon père parti à Montréal où un de mes oncles lui avait trouvé du travail. En cette période de crise elle a donc été séparée de lui durant quelques mois lorsque je me développais dans son sein. Ces lettres, s’échelonnant de mars à mai 1934 et dont j’ignorais l’existence, je les ai découvertes dans son secrétaire quelques jours après son décès, soit le 22 octobre, jour même de son anniversaire. Je ne crois pas que ce soit par hasard mais bien plutôt par une coïncidence providentielle -- de ces coïncidences qui parsèment nos vies quand nous savons les voir avec les « yeux du cœur ».


C’est avec émotion que j’ai partagé ces missives avec ma sœur cadette, qui avait accueilli notre mère vers la fin de sa vie, et chez qui je logeais en cette période de deuil. Leur lecture nous a vraiment réconfortées car nous y voyions, presque au jour le jour, toute la tendresse qu’elle portait à son jeune époux, à ma sœur, à mon frère et au petit être au développement duquel elle était si attentive. Elle y parlait du petit trousseau qu’elle cousait assise sur la galerie avec ses deux aînés et combien elle avait hâte d’y voir le poupon à qui il était destiné. Elle partageait aussi avec notre père les mille et uns détails d’un quotidien transfiguré par l’amour porté aux siens.

Chers Internautes, cette attente pleine d’espérance nous la revivons chaque année durant les semaines qui précèdent Noël et je dirais même à longueur de vie ! Nous en parler pourrait sans doute nous en faire découvrir la richesse, la densité et les conditions pour que l'attente soit du côté de la vie ! L’occasion serait aussi favorable pour se partager d’heureux ou moins heureux souvenirs … liés à l’attente …